Actualités de la Communauté de Paroisses

Calendrier

Octobre 2018
D L Ma Me J V S
30 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3

Infos pratiques

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
bapteme
communion
confirmation
mariage
servants-de-messe

Le Rosaire

A son origine, le rosaire est la prière de ceux qui ne sont pas assez savants pour lire les Psaumes, en particulier les "frères" dans les monastères.

De même qu'il y a 150 psaumes, le Rosaire est composé de 150 "Je vous salue Marie" répartis en 15 dizaines précédées d'un Notre Père. Pendant chaque dizaine, on médite un mystère du Christ.
Le Rosaire tire son nom d'une expression du XIVème siècle. Rosaire voulait dire : "Florilège", recueil de pensées.
Il tient une grande place dans la prière du chrétien, en particulier aux XIXème et XXème siècles.

 

 

L'histoire du rosaire est complexe, car on y voit converger toutes les formes de piété mariale, mises au service de la prière populaire. Au XIIème, on trouve la répétition du Je vous salue Marie liée à la célébration des cinq joies de Marie (Annonciation, Nativité, Résurrection, Ascension, Assomption) puis à sept allégresses, puis à quinze joies. Au XIIIème et au XIVème, les franciscains propagent la dévotion aux cinq, puis aux sept douleurs de Marie. Au XVème, on voit naître deux rosaires : celui de Dominique le Chartreux et le "Nouveau Psautier de la Vierge" que le dominicain de la Roche commence à prêcher à Douai en 1464. Il semble que c'est à ce dernier que l'on doit la structure en 3 séries de mystères : joyeux, douloureux, glorieux, correspondant à l'Incarnation, la Passion, la Résurrection. La liste des quinze mystères actuels s'impose grâce à l'imprimerie vers 1500.

La pratique la plus fréquente est de réciter cinq fois un Notre Père suivi de dix Je vous salue, Marie et du "gloire au Père..." Avant ces cinq dizaines, le fidèle récite le Credo, un Notre Père, trois Je vous salue Marie et une fois le "gloire au Père...".

Cet ensemble de prières est dit en égrenant un chapelet : d'où l'expression "dire son chapelet".

Le chapel (d'où "chapelet") était, dans l'Antiquité et le Moyen Age, une couronne de fleurs offerte aux nobles personnages. Le fidèle, en priant le chapelet, offre à Marie l'hommage qui lui est dû.

 

Durant tout le mois, des chapelets seront priés :

Artolsheim mardi et jeudi 19h
Boesenbiesen jeudi 19h
Heidolsheim jeudi 14h30
et dimanche 18h
Mussig tous les soirs
(sauf le samedi)
19h
Schwobsheim mardi, jeudi et dimanche 18h30