Bootzheim -L' Eglise Saint Blaise :

 

Eglise bootzheim

   
       
Coordonnées : Rue Principale
67390 BOOTZHEIM
 
     
Personne relais :

 Isabelle BURGARDT

 03.88.92.70.83

 
   

 L'église :

Un premier lieu de culte est mentionné dès 1371 à Bootzheim. L’église est dédiée uniquement à St Blaise en 1666. Un projet de reconstruction est proposé par l’architecte strasbourgeois Charles-Théodore Kuhlmann, mais celui-ci est refusé par les autorités. En 1830, l’architecte propose des plans de construction pour un nouveau lieu de culte. Les travaux sont dirigés par l’entrepreneur Moosbrucker. L’église St Blaise de style roman est construite en 1831. Le clocher en bois est détruit en 1863, suite à de multiples malfaçons. Il est remplacé par une tour-porche, d’après les plans de l’architecte Antoine Ringeisen. Ce même clocher fut endommagé par une violente tempête le lundi 28 août 1950. Le cimetière du village entoure l’édifice.

La fresque : Les peintures intérieures ont été refaites en 1988, date à laquelle une fresque datant de la construction de l’église est découverte sous une couche de badigeon après avoir été jugée insignifiante dans les années 1960. L’artiste peintre à laquelle la paroisse fait appel, Mme Martine Missemer de Strasbourg achèvera cette œuvre dont on ne connait pas l’origine. Mme Missemer a procédé au décapement avec infiniment de précautions de sorte que la composition du sujet est resté intacte. Le sujet s’inspire de la tradition. St Blaise que l’on évoque pour guérir les maux de gorge, bénit un enfant malade. Une arrête de poisson lui est restée en travers de la gorge. La scène baigne largement dans le merveilleux. Le Saint portant mitre, crosse et barbe blanche (il était évêque de Sébaste en Arménie) guérit l’enfant dans l’exercice de ses fonctions épiscopales. En face de l’évêque, le peuple croyant est rempli d’attente et au milieu du tableau, dans une éclaircie, rayonne une croix de lumière.  Des portraits des saints Pierre et Paul seront également mis à jour et restaurés sur les supports du cintre à l’entrée du chœur.

L'orgue :  L’orgue est un peu l’âme de l’église, un précieux patrimoine à sauvegarder à tout prix. Celui de Bootzheim a été construit en 1912-1913 par Joseph Rinckenbach d’Ammerschwihr et inauguré le 27 juillet 1913 par le recteur de Marckolsheim. Il a été retouché par M. Schwenkedel en 1949 et par M. Adam en 1968. C’est en 1991 que le projet de restauration a été confié au facteur d’orgue M. Guerrier et son équipe pour lui rendre une nouvelle jeunesse : vérifications complètes et nettoyage de l’instrument s’imposèrent, transmission pneumatique, console indépendante face à la nef et sommiers à membranes, ce qui a permis à l’organiste d’avoir à sa disposition quatre combinaisons fixes (piano, mezzo-forte, forte, tutti). En raison des grandes variations de températures dans la voûte arrière non isolée du clocher où est implanté le sommier, l’orgue s’est petit à petit dégradé. Après concertation avec des facteurs d’orgue, les sommiers nécessiteraient un autre emplacement, une bonne surveillance hygrométrique et un accès plus facile aux organes vitaux de l’instrument pour une parfaite maintenance. L’orgue fut à nouveau restauré en 2010 par la manufacture Yves Koenig de Sarre-Union.

Quelques dates importantes :

1993 : L’église retrouve ses lustres d’antan grâce à la générosité de plusieurs donateurs.

2006 : La toiture a été refaite.

2009 : Les travaux de protection, d’isolation et de rénovation des vitraux.

               La remise aux normes de toutes les installations électriques chauffage compris.

               Les peintures intérieures et suppression des confessionnaux rongés par les vers à bois.

               Rénovation de la piéta retrouvée au grenier et qui a repris sa place dans la nef.

               Un nouveau parquet et la grande porte d’entrée du batiment.

               Une nouvelle porte en verre accueille à présent les paroissiens et illumine l’entrée interne de l'église.

En effet l’église de Bootzheim a été entièrement rénovée grâce à l’appui financier de la commune et surtout d’un don consenti par Maria Kremp, généreuse donatrice, au Conseil de Fabrique de l’Eglise.